Temps forts

Quand le commerce de proximité se réinvente

Au sein d’une mouvance généralisée où les consommateurs délaissent la grande distribution au profit de circuits plus courts (La Ruche, Biocoop, marchés et épiceries fines), c’est au tour des petits commerces de proximité de se renouveler pour fidéliser une clientèle de plus en plus exigeante et en quête d’une consommation qui a du sens.

Les grandes enseignes de la distribution ont été les plus touchées par l’explosion du e-commerce (notamment du géant Amazon) et ont dû rapidement se réinventer. Il en est de même pour les petits commerçants, dont l’approche est cependant bien différente, leur but étant de devenir acteurs à part entière de la vie de leur quartier.

Au-delà du simple échange de biens et de services habituels, l’épicerie du coin devient un lieu de vie agréable, dans lequel le consommateur a envie de passer du temps.

Quand le petit commerce bouscule le paysage urbain

Les entrepreneurs de proximité se démarquent en refusant les codes qui ont fait l’âge d’or de la grande distribution : pas de prix discount mais un gage de qualité, pas de libre-service, pas de distribution aseptisée et homogène facilement remplaçables par le commerce sur internet.

Le petit commerce mise sur le savoir-faire, le conseil, la proximité pour proposer des produits et services originaux et de qualité, adaptés au consommateur qui s’y intéresse.

Nombreuses sont les facettes du commerce de proximité : les magasins physiques deviennent des lieux de vie où l’on prend un café, lit un livre, ou un simple point de retrait pour faciliter le quotidien et aller plus vite. Dans ce style, on retrouve la Shaperie à Paris où l’on peut à la fois acheter des lunettes, un chapeau et/ou se faire tailler la barbe, Make my Lemonade où un magasin de vêtements permet aussi de se rendre à un atelier mercerie et de prendre le thé, ou encore des supermarchés comme Franprix, qui allouent de larges espaces pour prendre son déjeuner ou boire un café.

Allier digitalisation et savoir-faire, un duo gagnant ?

Miser sur la technologie et le traitement de données pour reprendre l’avantage et gagner de nouvelles parts de marché est une stratégie qui, pour l’instant, est un succès. En effet, les moyens de communiquer, de dynamiser la vie d’un quartier et, à terme, de fidéliser sa clientèle sont de plus en plus nombreux grâce à la digitalisation.

Les clients, tout en cherchant le lien humain, ont également à cœur de ne pas perdre de temps inutilement. Cela passe par la transparence des commerçants qui affichent en ligne ce qu’ils proposent dans le détail.

Par ailleurs, la digitalisation c’est aussi la possibilité de faciliter les processus de vente : systèmes de caisse, étiquetage intelligent, réalité augmentée…

Pour survivre, le commerce de proximité doit saisir à bras le corps l’innovation par le service, l’offre et la communication et poursuivre sa transition. Tout citoyen est en quête de sens et de modes de vie plus honnêtes et bienveillants.

On peut alors imaginer à terme la revitalisation des centres-villes et pourquoi pas des villages eux-mêmes ?

Toutes vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *