Temps forts

Louer plutôt qu’acheter, une tendance d’avenir ?

Et si on louait plutôt qu’acheter ? Une question que se pose un grand nombre de consommateurs. De l’électroménager aux vêtements, en passant par les biens d’équipement ou les voitures, de plus en plus de produits sont aujourd’hui proposés à la location. La location est-elle une conséquence de la crise ou une nouvelle façon de consommer ? Retour sur une tendance qui rebat les cartes du marché.

La location, une nouvelle forme de crédit ?

Cette pratique était jusqu’alors réservée aux voitures. Désormais, la location avec ou sans option d’achat s’étend aux biens de consommation courante. En effet, certaines enseignes telles qu’Intermarché ou la Fnac et de nouvelles plateformes digitales (SeMeubler.com, lokeo.fr, e-loue.com…) proposent de louer une grande variété d’objets depuis le petit électroménager en passant par le mobilier ou la décoration, du canapé au fer à repasser, des rideaux au lave-linge, voire même de l’aspirateur à la machine à café. Plusieurs durées sont proposées, allant d’un à trente-six mois, selon la catégorie d’appareil.

La location reste plus chère que l’achat !

Pour autant, la location est-elle la solution idéale ? Si l’achat présente l’inconvénient d’exiger une trésorerie conséquente, ce choix revient, selon les marchés, entre 15 et 30 % moins cher que la location. Dans ce cas, pourquoi ne pas emprunter la somme nécessaire ? Sur la base des taux de crédit actuels, on est bien loin du surcoût lié à la location. Selon Marc Vanhuelle, professeur de marketing à HEC « La location devient une nouvelle forme de crédit à la consommation, et l’acquéreur doit s’interroger sur le coût de revient final du bien, généralement plus élevé que sa valeur initiale. »

L’usage ou la propriété ?

Ces nouveaux modes de consommation, nés de la crise, semblent prendre de l’ampleur. Le marché s’adapte aux demandes d’une catégorie croissante de consommateurs qui préfère désormais l’usage à la propriété. Les raisons sont multiples : problème de trésorerie, situation de dépannage, période de mobilité (comme pour les étudiants) ou volonté de renouveler régulièrement ses appareils pour bénéficier des dernières technologies ou des dernières tendances…

L’émergence de l’économie collaborative !

Économie de la location et économie collaborative sont liées. Ainsi, le développement de nouvelles offres proposées par les enseignes et les distributeurs est concurrencé par l’émergence de plateformes mettant directement en relation les consommateurs. Qui aujourd’hui n’a jamais fait un tour sur Leboncoin, PriceMinister ou encore BlablaCar ou Airbnb ?

Les tendances de l’économie collaborative influent sur le comportement du consommateur, soucieux désormais de privilégier des solutions flexibles et d’être responsable dans ses achats. La location tient des promesses écologiques en démocratisant l’accès à des modèles plus haut de gamme qui consomment moins d’énergie. Autre atout, ces nouveaux consommateurs mettent aussi dans la location d’objets une touche de développement durable : à quoi sert de posséder une perceuse dont on se sert une fois l’an si on peut la louer ? L’accumulation est aujourd’hui connotée négativement à l’aune d’un nouveau type de consommation responsable. C’est ce qu’on appelle l’économie de la fonctionnalité.

Les commerçants et les distributeurs s’adaptent aux mutations du marché. Quelle que soit la solution choisie par les consommateurs, location ou achat, il existe toujours une solution de crédit adaptée à leurs besoins.

Toutes vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *